Articles in Category: blog

_01-11-2017

Vacance.

Visiter le rucher du col fleuri,
et se délecter d'un butin secret.

Au verger,
s'enivrer sur la verte olivaie,
d'une coulée d'huile d'étreintes à chaud.

En Loire,
d'un pont, d'une chute du Rhins,
ou du bout de l'Evre se répandre
en lacets.

Filets, entrelacs, renouer en flux et volutes avec le cycle

Entrelacs renouer circonvolutions volutes vapeur cycle.

 
 

 


 

_10-10-2017

Poncif du somnambule.

Toutes ces femmes qui rêvent à un homme riche,
et tous ces hommes qui rêvent de l'être,
ça en fait des rêves à partager.
 
 

 


 

_10-09-2017

De deux choses l'une (un enchevêtré).

Je cours à ton antre-chambre, m'y vautre haletant, et,
ma bouche assoiffée dans l'impregnance de ton sexe.
 
 

 


 

_20-08-2017

Ner

[NE] verbe intransitif
(1er gr. )

Je ne
Tu nes
Il (elle) ne
Nous nons
Vous nez
Ils (elles) nent

Exemples :
Je ne jamais rien à rien - Vous nez plus d'aucune inutilité (en parlant de clous ou de prunes).
 
 

 


 

_24-07-2017

LA VIE, FEMME FACILE DES MACRO-LIBÉRAUX, CES FÉTICHISTES DE L’IMPROPRE, DU VITE FAIT, MAL FAIT.

 
 

 


 

_07-07-2017

Plus je vieilli,
plus je prends de la distance sur le monde, par astigmatisme matérielle,
et plus je me rapproche des gens, par myopie affective.
 
 

 


 

_02-07-2017

Économie de spectacle pour une pensée policée,

ou l'injonction au rêve.

Un "sommetier" serait celui dont le travail consisterait à bâtir des monts à gravir. Une activité non lucrative à priori, au même titre que de déplacer des montagnes et autres entreprises lunaires. Corps de métiers encore inexistants, source potentielle de créations d'emplois non négligeable aujourd'hui, ces Maîtres d'œuvres bâtiraient des métaphores sur mesure, et, à la mesure de nos rêves, matérialiseraient le manifeste pour une culture du mince.
Malheureusement, comme chacun sait, il n'y a pas de "sommetier".
 
 

 


 

_17-06-2017

Si selon James Joyce l'absence est la forme la plus aboutie de la présence, alors face à moi-même je crois bien être arrivé à une forme d'aboutissement.
 
 

 


 

_16-06-2017

Effets stroboscopiques des sentiments en boîte d'ennuis.

_Extérieur nuit.
C'est sûr. Elle est jolie. C'est mon point de vue, d'ici, dans la file d'attente du cinéma, sol humide, soir d'automne nuit tombée, épaules fines, pull magenta recouvert, fine veste en cuir couleur chair assortie à son cou à peine plus clair rehaussée d'une carotide gonflée sous ses paroles. Peu importe les mots, les cils papillonnent, ses yeux jouent avec les blancs, effet stroboscopique. Effet carotide. Flux, du cœur à la tête. La bouche, s'entrouvre, ou largement, émets des signes que souligne un fléchissement des jambes accentuant, j'imagine, sa courbure des reins. J'imagine. Artère gonflée, effet carotide, du cœur à la tête, en flux.
Féminine. Coupe garçonne, traits fins, sourires et belles dents, petites grimaces nez retroussé, petites ridules. C'est sûr elle est jolie.
Sérieuse, attentive ou préoccupée, la beauté y paraît moins. C'est sûr il y a toujours ces traits, surgissants inattendus, qui virent la beauté et prennent le pas, empiètent, piétinent le désir à priori. Dans la file d'attente les pieds stagnent. De la tête au cœur, descendant.
C'est sûr il y a ces traits de beauté, éclairants impromptus, qui charment l'indifférant et prennent le pas, empiètent, trépigne l'a priori fadeur. Ascendant.
Entrée en salle.
C'est sûr le désir vacille, oscille, diffère, se range ou se rallie, au gré d'inconvenances et d'incertitudes, pour s'imposer au regard, inattendu. Effet stroboscopique. Faux mouvements. Flux d'instants figés, fixés. Flashs. Battements de cils.
La file s'effile, et la fille se foule au pas en fondu, en chaînée.
Le noir est fait.
 
 

 


 

_02-06-2017

Avec les PIP, Plug-in Psyché, gagnez en esprit, et goutez aux troubles de la personnalité.
Ces modules d'extension externe (greffon) vous permettent de développer vos facultés psychiques en un instant à travers une gamme de produits adaptés à vos besoins. Effets à court terme, sur une échelle de 1 à 10, pour le plaisir ou la performance (Imagination • Intelligence • Phobies • Humour • Sentiment amoureux • Paranoïa • Schizophrénie...)

UNE EXPÉRIENCE PSYCHIQUE INÉDITE
 
 

 


 

_28-05-2017

Entremet(s)

En fait, toi, t'as pas de goût.
Je te suce, je te lèche, t'as pas de goût. Je ne sais pas ce que tu aimes, si tu aimes, tu n'as pas de goût. Quand je te baise, je ne te sens pas.
T'es inodore, sans saveur, me laisse sans savoir, si je t'aime.
J'te sens pas.
Tu me gifles, pinces, bats, mords, piques, griffes. Je compatis.
 
 

 


 

_25-05-2017

L'humanité n'est elle pas née avec la prise de conscience de l'altérité ?  (1)

Malala Yousafzaï, 14 ans, victime. Victime d'un attentat des Talibans, une balle dans la tête. Malala Yousafzaï, 16 ans, pakistanaise, vivante. Survivante d'une attaque des talibans, se réfugie. Réfugiée aux Royaume Uni, Malala Yousafzaï "découvre". Découvre "un autre monde au travers de films anglais ou de Bollywood". Son père, activiste, luttait pour un accès à l'éducation pour tous. Pour tous, dans son sillage, Malala Yousafzaï militante, dénonce, lutte contre l'obscurantisme des talibans. A 16 ans, est pressentie pour le Nobel de la paix 2013.
Dans le cadre des recherches en psychologie sociale, n'a-t-on rien découvert sur l'image spéculaire du téléviseur, de sa capacité à générer des moments structurants de la constitution de la réalité, comme stade formateur de la fonction sujet au sein du groupe ?

 

L'humanité n'est elle pas née avec la prise de conscience de l'altérité ?  (2)

Leonarda Dibrani. Née en Italie. Quinze ans. De père Kosovare. Demande d'asile à la France pour toute la famille. Léonarda Dibrani onze ans entre en France sous une identité faussée indiquant une origine kossovare. Quatre ans plus tard, expulsée. Expulsée dans son faux pays d'origine, sous une identité faussée. Leonarda Dibrani, 15 ans, italienne, devenue autre, retourne, expulsée par ceux qui la voit autre, à ses origines paternelles, transformée à jamais, toujours plus étrangère à elle même, sans terre.
Deja-vu ? A la télévision ?

Note :
Autant que je m'en souvienne le temps a toujours fait l'objet de préoccupations inquiétées de changements. Le « ce n'est plus ce que c'était », les « temps changent », et autres « plus de saisons »… constituent une conclusion générique inter-générationnelle chez les personnes ayant aiguisé leurs sens durant une période suffisamment importante pour pouvoir en faire état, légitimement, pensent-elles sûrement, une soixantaine d'années approximativement. La conclusion, peut-être due au constat moins admissible par ses auteurs d'une altération bien amorcée, des sens. Il ne s'agit pas d'évaluer le crédit que nous devrions accorder à ces déductions, la conclusion des sens, mais de se demander si l'humanité ne serait pas née avec une conscience, celle du changement dans le temps, du devenir autre. Grace à Henri Wallon ou Jacques Lacan, et bien évidement à l'invention du miroir, nous comprenons comment, comment nous avons considérablement accéléré notre prise de conscience initiale du devenir.
L'affaire suit son cours donc. A suivre...

 

 


 

_09-04-2017

Je suis une fiction, je suis l'art.
Il aurait fallu que je, soit un autre afin d'aider à la compréhension de cette phrase, par la liaison qu'elle aurait induite : car c'est comme suivant que je me lie à l'art ou la fiction, au point de m'y confondre.
 

 


 

_20-03-2017

Les semences de la révolte en saison sèche.

Dans nos écoles françaises, notamment en primaire - aujourd'hui, en 2013 - les enfants apprennent en recopiant ; des phrases pour l'orthographe, des phrases pour l'histoire, des phrases pour la géographie, des tables pour les mathématiques, ou encore en décalquant pour les arts visuels. L'apprentissage passe par la re-copie de ce que la maîtresse elle-même re-prend des livres. La maîtresse peut statuer de l'indiscipline d'un enfant, et le sanctionner par la re-copie en nombre défini arbitrairement d'une recommandation, comme par exemple "je ne dois pas copier sur mon voisin". Les parents d'élèves ont vite compris et fait la distinction entre copie et re-copie, comme de la tricherie et de l'apprentissage. Les enfants quand a eux ne sont pas dupes. Ils voient non seulement en ces méthodes un système pervers, évidement construit sur des contradictions qui légitiment les injustices fomentées par une autorité, mais aussi une grande marche vers l'uniformité et l'assujettissement de masse, faisant écho à une histoire dont ils n'ont pas encore connaissance. La révolte émerge et prends corps dans leurs esprits. La révolution est pour demain.