_16-06-2017

Effets stroboscopiques des sentiments en boîte d'ennuis.

_Extérieur nuit.
C'est sûr. Elle est jolie. C'est mon point de vue, d'ici, dans la file d'attente du cinéma, sol humide, soir d'automne nuit tombée, épaules fines, pull magenta recouvert, fine veste en cuir couleur chair assortie à son cou à peine plus clair rehaussée d'une carotide gonflée sous ses paroles. Peu importe les mots, les cils papillonnent, ses yeux jouent avec les blancs, effet stroboscopique. Effet carotide. Flux, du cœur à la tête. La bouche, s'entrouvre, ou largement, émets des signes que souligne un fléchissement des jambes accentuant, j'imagine, sa courbure des reins. J'imagine. Artère gonflée, effet carotide, du cœur à la tête, en flux.
Féminine. Coupe garçonne, traits fins, sourires et belles dents, petites grimaces nez retroussé, petites ridules. C'est sûr elle est jolie.
Sérieuse, attentive ou préoccupée, la beauté y paraît moins. C'est sûr il y a toujours ces traits, surgissants inattendus, qui virent la beauté et prennent le pas, empiètent, piétinent le désir à priori. Dans la file d'attente les pieds stagnent. De la tête au cœur, descendant.
C'est sûr il y a ces traits de beauté, éclairants impromptus, qui charment l'indifférant et prennent le pas, empiètent, trépigne l'a priori fadeur. Ascendant.
Entrée en salle.
C'est sûr le désir vacille, oscille, diffère, se range ou se rallie, au gré d'inconvenances et d'incertitudes, pour s'imposer au regard, inattendu. Effet stroboscopique. Faux mouvements. Flux d'instants figés, fixés. Flashs. Battements de cils.
La file s'effile, et la fille se foule au pas en fondu, en chaînée.
Le noir est fait.
 
 

 


 

Social Buttons